Monthly Archives: September 2016

La rencontre de deux géants

Lundi 8 août
Arrivée à Manaus
Il est 07h. Nous sommes à 180 km en amont de Manaus que nous devrions atteindre vers 14h.
Je suis seul à prendre mon petit déjeuner sur le pont supérieur. Chose exceptionnelle, la sono ne diffuse pas de la samba “à plein tube” mais des slows américains langoureux. La mer est un miroir que le soleil levant fait briller, la température est idyllique et la végétation toujours aussi belle.sunise
Nous venons de croiser un tout petit bateau de 8m de long, très haut sur l’eau  car, malgré sa petite taille, il possède un immense pont supérieur. C’est un modèle réduit du nôtre. Comme tous les bateaux sur l’Amazone, il très haut sur l’eau et chargé, à ras bord, de bananes. L’expression est bien choisie car il ne sort de l’eau que de quelques centimètres. Un coup de vent, une vague un peu haute et, plouf … le petit bateau se retourne.
Seules la rareté des tempêtes et la quasi-permanence, toute l’année, d’une mer d’huile sur les fleuves amazoniens permettent de faire naviguer des bateaux aussi hauts et aussi courts. En Europe, ils seraient tous interdits de navigation car ils chavireraient au premier coup de vent.
Vers midi, apparaissent à la surface de l’eau de très nombreux déchets végétaux flottants: des petits arbres, des îlots de nénuphars.  Cela indique que nous approchons de Manaus, l’endroit où le puissant Rio Negro, venant des terres noires du Nord-Ouest, se jette dans le Río Solimões, sur lequel nous naviguons depuis Tabatinga. Après cette rencontre, le Rio Solimões s’appellera (jusqu’à l’océan Atlantique) l’Amazone.
La rencontre de ces deux géants produit un phénomène rare. Les eaux noires du Rio Negro et les eaux marron clair du Rio Solimões coulent, côte à côte, sans se mélanger pendant plusieurs kilomètres. Les différences de vitesse et de température des deux fleuves en sont la cause.manaus-rio-negro-meeting-amazonas
Sept jours passés sur deux cargos m’ont amariné et retiré mon étiquette de touriste. Comme les Brésiliens, j’accroche vite et sans faute mon hamac, je lave et étends mon linge, remplis ma gourde au robinet d’eau fraîche, m’allonge en travers dans mon hamac (et non dans le sens de la longueur), sirote du café très sucré, joue aux dominos ou aux cartes le soir, retire mes chaussures dès que possible, regarde les J.O à la télé….
Nous arrivons à Manaus à 14h.
Manaus a toujours été, pour moi, une ville de légende, un mythe associé, comme l’Amazone, comme le Far West … à l’aventure
C’est maintenant une métropole de plus de deux millions d’habitants, avec son trafic infernal, ses centres commerciaux, ses gratte-ciels…manaus-008
La ville a connu son âge d’or au milieu du XIXème siècle avec la culture du caoutchouc puis son statut a décliné, au début du XXème, avec l’arrivée des matière synthétiques.
Aujourd’hui, cette ville est, cependant, un des principaux pôles industriels du Brésil grâce à son statut de zone franche.
Manaus est une ville surprenante, séduisante, fatigante. La chaleur humide y est étouffante. Les gaz d’échappement sont perceptibles.
Nous avons trouvé un super lieu pour y séjourner : une auberge de jeunesse toute neuve, propre, avec du Wifi qui fonctionne, en plein dans le quartier sympa et à 100m du célèbre Teatro Amazonas.
Nos premiers pas nous y conduisent. Construit à l’âge d’or du caoutchouc, à la fin du XIXème siècle, c’est l’édifice le plus surprenant de Manaus. Un Opéra en plein milieu de l’Amazonie, directement inspiré de l’Opéra Garnier à Paris et construit avec des matériaux importés d’Europe. A l’extérieur, le dôme est recouvert de tuiles aux couleurs du drapeau brésilien. unnamedA l’intérieur, la salle de spectacle peut accueillir 700 personnes. Quelques tapisseries ornées de jaguars rappellent qu’on est en Amazonie. On aurait bien voulu assister à une représentation, mais malheureusement il n’y en avait aucune au programme pendant notre court passage (nous repartons vers Santarem dans 48h).
Demain matin, il y a une visite guidée. Nous y serons.
Advertisements

2 Comments

Filed under On the Amazon - Between Peru and Brazil, Uncategorized

In Search of the Elusive Victoria Regia

Colombia to Brazil – En route to Manaus

August 3rd, 00:30  Still aboard the Iquitos-Santa Rosa “Rapido”
We arrive in Santa Rosa.  A few passengers, among them Pauline, one of the French girls, are quasi-apoplectic.  The trip, that should have lasted ten hours, took 18 to get us to Santa Rosa.
There, a pirogue is waiting to take us to the Colombian side: six passengers at a time.  We seem dangerously overloaded but we make it.
Where are we going?  Not quite sure… Do you remember the name of the hotel?  Malaka, Moluka, Malako?  One minute, I have it on my phone.  But my phone is out of battery…
We ask a few tuk-tuk drivers, they have no idea what we’re talking about, until one suddenly lights up, gets the name right Malokamazonas and takes us there.   We will find out that there is no point in asking for any information or directions:  you will always get an answer but they’ll tell you anything to save face.
We are with Thomas and Alexandra, a young French couple, in search of a room,but they find Malok-whatever too expensive.  We agree to meet in the morning, get back on the pirogue and go back to Santa Rosa to get our Peruvian exit stamp, and then to meet again for dinner.
Leticia
Leticia has little charm, a frontier post mostly, with non-existent urban planning and in great need of a major cleanup.
But I have a mission, I am in search of the mythical Victoria Regia, a giant water lily that can reach a diameter as wide as two meters. We are told to go at 5pm to the Parque Santander where thousands of parakeets congregate at dusk, we should also find some Victorias Regias in the pond.  We missed the parakeets but went later at night, after dinner.  One can’t see very well but enough to tell that there are large water lilies, but not that large really.  The salient feature is that they are covered in bird droppings and feathers, and so are the soles of my shoes that I will have to scrape clean afterwards.  Disappointed but not beaten.

parque-santander

The Victoria Regia pond as we didn’t see it – Parque Santander – Leticia

Tomorrow, I insist we pass to the Peruvian side again and into the Marasha natural reserve where, I’m promised, I’ll find the sought after beauties.  We hike for two hours through the jungle, take another pirogue but no sign of anything resembling a water lily, but lo and behold, here must be about 5 or 6 tattered and apparently moth-eaten lily pads.  The flowering season has passed and they apparently only bloom at night.  Totally underwhelming.  I will report if I have any transcendent vision in the days to come but I’m about to lose faith.reserva-natural-marasha
What we found though were giant termite nests.  Y. ate three of them.  He said they tasted like peppermint.  I took his word for it.  Now I’ll know what to do with the critters gnawing at my roof.  I’ll douse them in chocolate and serve them as after-dinner mints.

One intriguing scene took place on the shore as we were paddling by: 4 police officers by the look of them, all in black, carrying two smallish coffins and laying them down on a heap of garbage.  I doubt very much that it would be a Colombian custom to burn their dead, this is not the Ganges after all.  And in the garbage dump?  And why should the police have anything to do with that? And if they’re trying to get rid of embarrassing evidence, why do it in full daylight?
We asked of course.  Those guys are the Lanceros, the Colombian special forces.  What were they up too?  Nobody had the faintest idea.coffin

August 5th – Aboard the M/N M.Fernandes between Tabatinga and Manaus

Three more days aboard.  Comfort still non-existent, except perhaps for a private bathroom.  The cabin is tiny, somewhat cleaner than the previous one, has air-conditioning and no window… Just a bit claustrophobic.
I’m writing from my hammock on the lower deck.  Next to me, a young mother sings to her little daughter in a beautiful contralto voice.
After a while, you become immune to the proximity of others.  You just let yourself be lulled by the rhythm of life on board, that is total sloth and terrible food, but I take it as cure: nothing to worry about, nothing to do, nothing to plan, the perfect antidote against over-indulgence and unrequited stress.  It suits me perfectly.
We should be in Manaus in three days, but then maybe not.  Who knows what might happen until then…

First stop: the port of Benjamin Constant.  Benjamin Constant?  Why?  Isn’t it a 19th Century author of overly sentimental novelettes?  I vaguely remember reading one, a long, long time ago.  What does he have to do with this little port?  Well, it appears that Adolphe‘s author has a Brazilian namesake: Benjamin Constant Botelho de Magalhães who, influenced by Auguste Comte, was the founder of the positivist movement in Brazil which, in the 19th Century was considered key to social reformation, criticizing slavery, monarchy and the Church as constraining the natural progress of the nation. We go ashore to buy tangerines and practically miss the boat.  Staying and settling down in Benjamin Constant doesn’t appeal in the least.

Dinner was a complicated affair.  It is served at Manaus hour (one hour ahead), That is between 5 – 6:30 pm by our watches, 4 – 5:30 pm by Manaus time.  By the time we show up, it’s over.  On a table near the engine room sits a huge pot of lukewarm soup with several prehistoric-looking fish floating within. We are not sure if it’s our dinner’s leftovers or the crew’s.  One guy unceremoniously ladles one whole marsh-colored very dead fish in my plate.  Then, another soup shows up, brimming bowls of a thickish broth with noodles, potato, carrot, chicken as usual, and… cilantro of course!  It’s not that bad with lots of hot sauce.  Discreetly, we return the ugly fish to its pot. All that gulped down unceremoniously among the deafening noise of the engines.

Above, on deck, it finally got cooler, the sun is setting, the music has stopped and the mosquitoes are ready to attack.  From our departure point in Tabatinga, Brazil, the Amazon changes its name and becomes the Solimões River.  It doesn’t seem as wide as it should for the many islands masking its width, but it’s still majestic and impressive.  We pass the occasional ramshackle village: a sun-reflective scenery of corrugated iron broken by a few red-tiles roofs.
Antiquated pirogues and rusty boathouses seemingly abandoned on the shores.

By 8:30, lights are out, the lower deck is silent as everyone already seems to be in a deep slumber.  Sleeping is another complicated affair.  Not so easy to find a comfortable position in the hammock and to keep one’s necessary possessions for the night in a place where they won’t keep bumping you on the nose or elsewhere.  When the baby in the next hammock started crying, around 1am, we retreated to the cabin.  Beaten again.enfant

By now, everybody will have understood that this trip is not much about sightseeing but rather an expedition, a trial in endurance.  There is something oddly reassuring about being able to withstand discomfort and still feel happy.

August 6th
7:30. Breakfast call. I can’t move.  Y.  brings me a cup of hot milk.  Hot milk!  I don’t think so.  Still in my night clothes, I find the way to the “dining room”, grab a couple of pieces of corn bread and excruciatingly sweet coffee and climb on the upper deck to have my breakfast in solitude.  The peanut butter I brought with me makes it somehow more palatable.  I’m not too sociable at 7:30 in the morning. Y. is below, chatting in the refectory.
Around 10:30, we stop in Santo Antonio do Iça in front of a fading structure that announces itself as Mercadinho Tucuxi.  For the second time, the ESFRON (Equipo do Segurança da frontera) climbs aboard for yet another inspection.  They are strapping young men in black uniforms and insist every time to go through your things, ask for passport, ticket.  When Y. shows them his French navy card, they usually back up and leave without a fuss.esfron

About our fellow travelers: mostly Brazilians traveling from one Amazonian post to another, a very spare scattering of tourists (six of us on this boat of 400 passengers) mostly young Europeans (French and Portuguese), these are our social contacts.  Young professionals traveling for a year or two around South America, around the world.  They are fearless, fun, well-educated and well-behaved.  They make us feel as if we belonged to the same generation, even though they are our children’s age.

7 August
This rhythm is not difficult to get accustomed to.  Easy.  You fall into a sort of semi-coma from which you emerge from time to time,not too often.  Nothing matters anymore, the course of the day is barely interrupted by three better forgotten meals.  You read in the hammock, you write a little, and very lazily as everyone can tell.
We are still on the  Solimões river, wide cappuccino-colored ribbon edged far away with ragged, jungly borders in various shades of green.

Gone are the muddy Peruvian shores. We pass the morning on the top deck until the sun beating on the roof turns it into an oven.  There is a light breeze.  Afternoon is hammock time below where it is cooler, trying to avoid being beaten up by a neighbor’s foot, knee or elbow.
We make friends -acquaintance – Anaïs, a young French girl traveling South America solo after three years in French Guiana.  She is also a solo trekker: three days to a week in solitude with tent, gas heater, food and water.  Intrepid!
Maria is from a vintners’ family in Portugal, they produce vinho verde and she plans to take over the family business.  She is back from a few months residence in a Mendoza winery, next step Bordeaux, then New Zealand and Austria.  We all speak a happy mix of French, English, Portuguese and Spanish.
There is a TV screen on the upper deck with some sort of a wheel besides controlling the angle of the antenna.  Someone is constantly fiddling with that, trying to catch a network.  We get a very snowy picture of the Olympics.  Volleyball between Brazil and Italy.  An entirely male audience, they don’t seem to be too rabidly involved.image1-3

A Colombian man reads a book by …. Irving Wallace: “Las Nymphomanas”!!! Sounds juicy! He wears a star of David.  I ask him if he is Jewish, he answers he’s not, it’s only a symbol of the equality of male and female principles.  As he explains, he gestures towards his nether parts.
I think it’s time for me to retreat to my hammock, particularly after Anaïs put me checkmate at chess.  Shameful, considering that she was playing for the first time.  Y. won’t play: his mind is too busy studying maps, calculating distances, dimensions of the boat, tonnage and elaborating strategies to improve Brazilian merchant marine.   He’d probably beat me to it as well.
Big game of gin rummy at night.  Two decks of cards, too many players and much too many bugs.  We stop before the second round before getting completely devoured.  The game was getting chaotic and the players restless and too busy swatting swarms of insects to concentrate on the game.
On that chapter, a lot of insects seem to have become immune to Deet.  They bite nevertheless and through your clothes, the little fiends.  Two wasp-like killers bit me simultaneously on the knee and the hip.  It stung like hell. Hope they were healthy specimens.  However they don’t itch as much as our Antiguean sancudos.
Luck willing, we should arrive in Manaus tomorrow afternoon.

3 Comments

Filed under On the Amazon - Between Peru and Brazil

Les petits pépins continuent … mais la vie est belle

Mardi 2 août.

Pour rattraper le retard pris, il y a trois jours, sur la bétaillère flottante du nom d’Eduardo X, nous avons décidé de faire en vedette rapide le second tronçon (entre Iquitos et la triple frontière Pérou/Colombie/Brésil) de notre périple qui en compte sept.
L’idée est de faire, aujourd’hui, 330 km sur l’eau jusqu’au dernier port péruvien (Santa Rosa), d’y arriver avant que la douane ne ferme pour y faire les formalités de sortie du Pérou, puis de traverser le fleuve pour passer en  Colombie et dormir dans la petite ville de Leticia, qu’on imagine plus sympa.

Cela commence “normalement”, c’est à dire avec 45 minutes de retard. A 06h45, notre lancha appareille donc du ponton 3 de Puerto Napo, le port civil d’Iquitos. Aucune explication ne nous ayant été donnée, je pense que nous avons attendu les trois retardataires (qui ont raté le bateau).

transturismo
Heureusement, nous n’avons pas suivi les recommandations de l’agence Trans Turismo Amazonas Express qui insistait pour que nous embarquions à 05h…
Nous retrouvons les deux jeunes Françaises qui, depuis Yurimaguas, me présentent comme leur père pour ne pas être importunées par les jeunes Péruviens entreprenants.
La vedette est une embarcation basse sur l’eau, très fine 2,8m) et très longue (33m) , avec deux lignes d’arbres (ce détail aura plus tard de l’importance) pouvant emporter 50 passagers à la vitesse de 20 noeuds. Les gilets de sauvetage ressemblant furieusement à ceux de la Marine Nationale française des années 70, j’en déduis que notre “lancha” doit avoir une quarantaine d’années; la propreté des toilettes indiquerait plutôt une bonne soixantaine…

.rapido
Les passagers sont pour moitié des Péruviens, pour moitié des touristes avec leurs sacs à dos (des “backpackers” français et anglais, entre 20 et 40 ans… presque comme moi!).
Au bout de deux minutes, nous arrivons sur un lac qui n’en est pas un, mais est tout simplement la jonction avec le Río Napo et le début de l’Amazone.
Ce grand fleuve a, en effet  la particularité de changer plusieurs fois de nom et de ne pas avoir de source officiellement reconnue.
Si l’on considère que l’Amazone prend sa source dans les monts Mismi (dans les Andes au Sud Est de Lima), ce fleuve est alors le plus long au monde et, de très loin, le plus puissant.

La mer est Río Napo comme un miroir et le commandant à adopté une vitesse confortable (que j’estime à 18 noeuds soit 32km/h). Quand on met, comme moi, des boules Quies (de 3ème génération, svp) dans les oreilles, le voyage ressemble à un trajet en RER ou à la traversée Le Conquet-Ouessant par mer zéro, pour ceux qui connaissent. Sauf que le voyage est prévu durer environ 10 heures …

Par la suite, mon voisin péruvien m’apprend que le petit déjeuner, initialement prévu à 07h30, sera servi à 12h et s’appellera “déjeuner”. En fait, c’était une blague… Pour se faire pardonner, il me donne sa ration de bouillie lactée qu’il trouve infecte. Pour lui montrer qu’un Français n’a peur de rien, je l’accepte et l’avale devant lui. Je trouve même cela bon, mais tout le monde sait que je ne suis pas un critique gastronomique.
En revanche, je suis le seul passager assis sur un fauteuil dont le dossier n’est plus réglable. C’est bien mon jour de chance. C’est décidé, ce soir, en Colombie, si nous y arrivons… je vais aller jouer à la loteria colombiana.

Le spectacle n’est pas du tout monotone. La couleur de l’eau est d’un brun délicat virant au chocolat au lait et contraste bien avec le vert intense de la végétation sur les rives. Entre les deux, il y a en permanence ces bordures de rivière, inclinées à 45 degrés, hautes de 5 mètres et uniquement faites de boues (il n’y a pas un seul rocher).
Les arbres sont des palmiers, des cocotiers et surtout des papayers. Les berges étant en permanence rongées par le courant, très nombreux sont les arbres déjà tombés dans l’eau ou se préparant à tomber. Les troncs d’arbres morts sont donc nombreux sur l’eau et sur les rives.santa-rosa
Nous doublons souvent de toutes petites embarcations à moteur udont l’hélice est à fleur d’eau mais se situe deux mètres sur l’arrière du bateau ( comme au Vietnam). À bord, des pêcheurs ou une famille.
Sur les rives, les habitations sont en toit de palme et souvent regroupées en hameau de 4 ou 5 maisons. Pas d’électricité. C’est toujours très pauvre.
Il n’y a plus de rizières et on ne voit donc plus, sur les berges, les dizaines de hérons blancs que l’on pouvait apercevoir il y a quatre jours. La région étant pauvre, il n’y a aucune marina, aucun bateau de plaisance à voiles ou à moteur. Le fleuve est la principale voie de communication entre les régions pour les populations. Bizarrement, on ne voit aucune péniche  mais beaucoup de barges de transport de liquides inflammables.

08h45… Le bateau s’arrête. Nous venons, semble t il, de nous échouer (pour la troisième fois en trois jours). Le commandant joue avec ses moteurs. Bâbord avant 3 ; tribord arrière 3 ; la barre toute à droite et nous nous déséchouons lentement.
Après quelques hésitations (pour trouver un passage?), nous repartons mais le commandant, bizarrement, le fait à petite vitesse.
Puis, il quitte la rive Est bordée de bancs de sable et semble partir rejoindre et longer la rive Ouest, la plus abrupte, là où la profondeur de l’eau doit être la plus grande.
Erreur de ma part… Le commandant, tout simplement, accoste sur la berge. Nous ne nous sommes pas échoués mais avons un problème mécanique. Un matelot s’enfonce jusqu à mi cuisse dans la boue liquide pour arrimer le bateau à un tronc d’arbre ( il n’y a pas d’ancre à bord). Puis, ayant du souci avec une foutue claveta, deux mécaniciens attaquent, à grands coups de marteau, le démontage – semble-t-il – d’une ligne d’arbres. Nous avons – disent ils – un problème de fixation d’une hélice sur sa ligne d’arbres ( une goupille/clavette a dû sauter où se casser).

panne2

Nous repartons une demi-heure plus tard.
La vitesse semble être redevenue normale (18 noeuds environ) mais nous nous dirigeons une seconde fois vers la berge, sur le hameau d’Oran, pour réparer à nouveau. Le problème d’hélice sur la ligne d’arbres tribord est revenu. Pendant deux heures, par un mètre de fond, et dans de l’eau sale et boueuse, remplie de détritus (l’Amazone, dans cette région, est un véritable bouillon de culture où flottent des paquets de mousses sales) un vieux mécanicien va plonger (sans masque ..), boire plusieurs fois la tasse et repositionner la clavette de l’hélice. Un autre, dans l’eau jusqu’à la ceinture et aidé par des enfants qui sont dans les immondices flottants, tape comme un sourd sur un madrier avec une grosse masse. Il essaye de soulever l’arrière du bateau. A 11h30, nous repartons …. pour mieux revenir à Oran. La réparation n’a pas tenu. Une visite du hameau s’impose. Il y a quatre petites boutiques ou tout est vendu à la pièce : un clou, une vis, un pigment, une tablette de médicaments ( ils sont tous périmés de 2 ou 3 ans…). A 12h45, c’est gagné, nous repartons pour la troisième fois. Avec 4 heures de retard…oran

Magasin général – Oran
Vers 13h, le repas pour le huitième fois consécutive : un plat de riz, une demi patate, un pilon de poulet) est servi dans des barquettes douteuses. A ce moment et en moins de cinq minutes, le ciel se noircit et devient un ciel d’encre. Un énorme grain nous tombe dessus ; la visibilité tombe à 50 mètres. La mer se creuse rapidement. J’éclate de rire en voyant le barreur actionner son essuie-glace en tirant à la main sur une cordelette…un coup, deux coups…. Pendant trois longues minutes, le bateau navigue à forte vitesse dans une mer bien creusée (1,5 m). Ce n’est pas malin car cela fatigue énormément la structure du vieux bateau qui n’en a pas besoin. Le bateau, maintenant, saute en l’air et retombe violemment au lieu de glisser sur l’eau. On entend des cris  : un marin continue de servir des verres de coca qui finissent au plafond.
Et, ce qui devait arriver arriva : une vague fait rentrer un bon 200 litres d’eau par la porte avant, non étanche. Nos pieds et nos sacs à dos baignent maintenant dans l’eau. Le commandant stoppe presque. A ce moment précis, l’ambiance à bord a changé car tous les locaux ont enfilé leur brassière. Moi j’essaye de ne pas avoir les pieds mouillés et de ne pas être trempé par l’eau qui coule du sac à dos que je viens de suspendre devant mes genoux. Nous continuons à avancer mais à faible vitesse. L’unique aussière accrochée plage avant n’a pas été arrimée correctement par l’équipage ; elle est maintenant dans l’eau et longe le bateau en sautant  et en fouettant le bord. Aurait-elle été 10 m plus longue, elle passait dans une des deux hélices…
Je comprends mieux maintenant l’expression “marins d’eau douce”. Au bout d’un quart d’heure, le grain est passé. La mer s’est assagie. La visibilité est revenue. Nous re-naviguons à forte vitesse sur une mer plate. Les matelots nettoient les dégâts et épongent le sol.
Ils nous informent que nous devrions arriver A Santa Rosa vers 22h30 lieu de 16h30, horaire annoncé par l’agence de tourisme.. La douane étant probablement fermée, notre sortie du Pérou sera impossible ; nous dormirons donc à Santa Rosa.
A 17h30, il fait nuit noire.
La voute céleste de l’hémisphère sud est splendide mais ne m’est pas familière car il n’y pas l’étoile polaire.
Sur tribord, pendant une heure, un orage crée un magnifique spectacle pyrotechnique en éclairant le dos de gros nuages, hauts dans le ciel (des cumulus, probablement). Pour rattraper le retard, notre bateau file maintenant, tous feux éteints (?) à pleine vitesse dansla nuit noire.

nuit
Nous n’avons aucun feu de navigation ( “naviguer sans être vu” semble être un mode de navigation local très couru)… Intérieurement, pas de lumière ; nous sommes dans le noir le plus complet et on continue à foncer sur l’eau : on se croirait sur un bateau rapide des forces spéciales. Le barreur ne voit rien. Il n’a aucun repère sur les rives et, bien sûr, pas de radar, de carte, ni de compas/boussole. Pour éviter les arbres qui flottent, le timonier donne, chaque minute, un petit coup de projecteur devant l’étrave. Quand il y un risque, le barreur diminue l’allure, passe entre les arbres flottants et repart à pleine vitesse.
A 20h, le commandant rallume bizarrement ses feux de navigation. Je comprends. Nous nous préparons à faire une courte halte à San Pablo de Loreto (pour débarquer deux passagers) et, là, il y a une police fluviale. Un  de ses inspecteurs passe même à bord inspecter les bagages.
Nous repartons et accostons sur une rive boueuse à 00h30 à Santa Rosa. Le voyage “rapide”aura duré 18 heures au lieu des 9 annoncées.
La décision est prise de traverser le fleuve et de se rendre à Leticia pour dormir. Nous trouvons un passeur qui double le prix normal et nous dépose à Leticia, à nouveau sur un tas d’immondices.
On marche debout en silence et épuisés, on ne regarde plus où nous marchons jusqu à réveiller un conducteur de tuk-tuk  qui nous dépose dans un hôotel à 02h du matin.
Nous repartirons demain au Pérou faire les formalités de sortie du pays.
Quelle aventure…

4 Comments

Filed under On the Amazon - Between Peru and Brazil, Uncategorized

Plein d’histoires de tampons, de passeports et de gros vers crus…

Mercredi 3 août : 
 
Vers 1h du matin, nous accostons, éreintés et avec 9 heures de retard, au port péruvien de Santa Rosa et décidons de passer dans la foulée en Colombie où nous avons réservé un hôtel. Nous hélons l’unique piroguier encore réveillé qui, dans sa pirogue prévue pour 4 places, va embarquer 6 passagers et leurs 150 kg de bagages.
La pirogue n’est pas très stable et son bordé n’est pas à plus de 10 cm au dessus de l’eau. Dans un silence de mort (en fait, nous dormons…), nous traversons le fleuve qui fait office de frontière et accostons en Colombie, au port de Leticia, sur un tas de déchets flottants et pourris. Dans la nuit noire, il nous a fallu sauter, avec nos sacs à dos, sur un sol spongieux et répugnant d’immondices puis trouver un tuk-tuk dont le chauffeur connaisse notre hôtel.
Nous n’étions plus sûrs du nom de l’hôtel (nos batteries d’IPhone étaient bien sûr vides) et le chauffeur ne connaissait pas l’hôtel mais connaissait un copain, qui dormait mais qui, lui, connaissait l’hôtel …
On s’en fichait car on dormait debout. De plus, l’adresse relevée sur Internet s’est révélée fausse et les rues de Leticia (comme dans beaucoup de villes d’Amérique du Sud) n’ont pas de nom affichée. Bref, vers 02h du matin, nous trouvons enfin l’hôtel et nous nous endormons en cinq minutes.
En nous réveillant, nous apprenons qu’étant rentrés en Colombie, la nuit dernière, sans tampon de sortie du Pérou. nous devons y retourner pour acquérir ce fichu tampon de sortie sur notre passeport.
Nous refaisons donc, vers 11h, le chemin inverse de celui de 01h du matin.
C’est l’occasion pour nous de voir de jour le port de Leticia. C’est, en fait, une toute petite rivière dans laquelle sont jetés tous les immondices de la ville. Comme c’est le seul port de Colombie sur l’Amazone, c’est le point de départ des touristes colombiens qui souhaitent visiter l’Amazone.leticia-dock Dans un joyeux bordel, une trentaine de pirogues y embarquent, chaque jour, les touristes qui, avant d’atteindre le grand fleuve, passent entre deux rives d’immondices régulièrement brûlés. Je précise qu’il n’y a aucun ponton d’embarquement en bois ou en ciment et que tout le monde patauge dans la boue avant d’embarquer.
Une centaine de vautours, énormes, se battent en permanence pour avoir les sacs d’immondices. En partant, quelle ne fut pas notre stupéfaction en voyant quatre militaires, tout de noirs vêtus (des forces spéciales, paraît-il ; d’après moi, plutôt des forces anti drogues..), jeter deux cercueils sur un tas de détritus. Photo fut prise…coffin
A 12h, nous étions donc de retour au Pérou où le bureau de l’Immigration tamponna le visa de sortie du Pérou sur nos passeports.
Il me faut maintenant préciser que le Pérou, la Colombie et le Brésil se rejoignent dans la zone où nous sommes, appelée “triple frontière”. Il est donc très facile, de passer à pied ou en pirogue, d’un pays à l’autre, que cette région est une zone de trafics en tout genre et que la pose de tampons d’entrée et de sortie d’un pays n’est pas très réglementée…
De retour en Colombie, dans notre hotel de Leticia, l’après midi fut
tout d’abord consacré à aller à pied au Brésil (à Tabatinga) pour nous renseigner sur le prochain départ d’un bateau vers Manaus. Il nous fut répondu : dans deux jours à midi.
Puis, étant arrivés à 01h du matin en Colombie sans tampon d’entrée, nous avons cherché à comprendre si nous devions présenter nos passeports (et où?) pour avoir ce tampon. Les Colombiens questionnés nous dirent tout et son contraire. La bonne réponse nous fut donnée vers 17h par le responsable des douanes de l’aéroport de Leticia : “Etant en transit en Colombie pendant deux jours, vous n’aurez pas besoin de tampon “entrée” ni de tampon “sortie” de Colombie sur nos passeports….!”
Vous avez compris que le port de Leticia est un vrai cloaque. La ville est un peu mieux mais guère. Beaucoup de boutiques sont pour les touristes et vendent des curios en plastique …
Les gens sont sympas. On peut se promener la nuit sans crainte mais, mon Dieu, que c’est sale : des chiens pelés tous les 20 mètres, pas un seul trottoir en bon état, pas une maison neuve, que des maisons de plain pied, pas d’étages, des petites échoppes, des gens pauvres mais heureux.
Le soir, petit restaurant. Pendant que nous dînons d’un succulent ceviche
(poisson cru mariné dans du citron vert), l’équipe de France de football féminin étrille celle de la Colombie 4 à 0…
Nous avons refusé les gros vers crus ( il faut juste couper la tête d’un coup de dent et la recracher …..) et les bananes farcies aux vers blancs cuits.
Soyons clairs. Nous ne mangeons quasimentvers
que du poulet et du riz depuis 10 jours. La nourriture amazonienne est à base de poulet, de poisson, de riz et de bananes plantains. Bof, bof…..C’est exactement comme la péruvienne.
Côté boissons, c’est mieux. Le Pisco sour (pisco, citron vert, blanc d’œuf, sirop de canne mélangés au mixer) est vraiment excellent.  Pour ce qui est de la michelada (bière et jus de tomate), totalement immonde.
Je me porte comme un charme et ai du perdre un ou deux kilos tant la nourriture est mauvaise. Je n’ai pas encore eu besoin d’utiliser les médicaments recommandés par mon ami, le bon médecin de Collias.
Comme souvent, quand j’emporte des médicaments, je ne m’en sers pas… et quand je les oublie, j’en ai besoin !
Le soir, vers 17h, une envie de jouer aux boules me prend, de temps en temps.
Mais, comme le dit, une pub célèbre : ” cela, c’était avant..”.
 Jeudi 4 août : 
 
Des arbres et des animaux.
Aujourd’hui, nous partons en excursion dans la “selva” avec une agence de voyage ; nous allons nous promener dans la réserve naturelle de Marasha. D’accord, c’est un piège à touristes mais on ne passe à Leticia et au cœur de la forêt amazonienne qu’une fois dans sa vie. Et, in fine, ce fut très bien.
Première surprise, nous quittons en bateau la Colombie et Leticia pour repartir, à nouveau, au Pérou ..  car la réserve est située en territoire péruvien.
Apres 20 minutes de vedette pour remonter l’Amazone, nous débarquons, avec 5 autres touristes, sur une rive très boisée. Dès notre arrivée, le guide nous met dans l’ambiance en nous demandant de descendre nos bras de chemise et en nous remettant des bottes pour éviter d’avoir des insectes ou d’autres bébêtes dans les chaussures. L’entrée en matière est une “marche botanique”. Pendant deux bonnes heures, le guide péruvien va nous expliquer les arbres et la faune de la forêt.
D’emblée, nous comprenons que cette marche sera passionnante mais aussi éreintante. Il fait 35 degrés et l’humidité est proche des 100%. Pas un souffle de vent, c’est très rapidement une “marche-sauna”. Dès les premiers mètres, des gouttes de sueur dégoulinent sur mon nez et ma chemise devient un torchon gorgé de sueur.
La cause? Nous sommes sur une zone très humide, sur la partie de la berge qui, recouverte de 2m d’eau pendant 4 mois par an (en hiver) est une véritable éponge.
Première rencontre : une termitière géante accrochée à un tronc. Le guide, avec son doigt, en perce la croûte extérieure. Les termites sortent en masse. Il en prend dans ses doigts, les mange et dit que c’est bon. Il demande un volontaire. Je fais comme lui et mange trois ou quatre termites. Il a raison : elles ont un goût de menthe poivrée.
Nous voyons peu d’animaux : un paresseux et trois singes dans des branches hautes car, pour les arbres, c’est la course vers le soleil. Ne survivent que les arbres de plus de 20 mètres.
Dans la forêt, pas le moindre bruit mais une forte odeur d’humus. Pour chasser, les Indiens qui vivent dans cette région utilisent plus leur ouïe et leur odorat que leur vue.
Les explications sur les arbres s’enchaînent. Les matapalos sont de petits arbres, sortes de lianes verticales qui, dans un premier temps, poussent vers le ciel, à un mètre autour d’un arbre géant (de 2 mètres de diamètre). Dans un deuxième temps, ils l’entourent comme du lierre et mettent 200 ans à l’étouffer. Ils sont aussi appelés “arbres de l’amour” car ils embrassent puis tuent l’arbre géant. Leur besogne terminée, l’arbre géant pourrit et disparaît et les matapalos forment un cercle de tuyaux d’orgue.
L'”arbre aux fourmis rouges” a, lui, les deux premiers mètres de son tronc hérissés de grosses pointes et, en son centre, un tuyau creux qui sert de refuge aux fourmis rouges. Celles ci montent et descendent sans cesse sur son tronc. Les Indiens y attachaient les délinquants plus ou moins longtemps suivant la gravité de la faute. Les femmes adultères y étaient liées jusqu’à  ce qu’elles soient tuées par les fourmis rouges.
Un autre arbre s’est spécialisé dans l’accueil  des “gentilles” fourmis noires. L’arbre est appelé quita-calzon (quitte ton caleçon) tant les fourmis pénètrent vite dans les vêtements et grattent la peau de l’individu qui s’en est approché. Nous apprenons que le curare utilisé par les Indiens est un mélange de sèves vénéneuses et de poisons d’animaux ( petites grenouilles androbates et serpents).
Apres une bonne douche nous prenons un repas “dégueu” ( un de plus …)  dans le lodge de la réserve dont les mascottes sont une  famille de capibaras, sorte de sangliers locaux (appelés chiguiros par les Péruviens)capibara et surtout trois “poissons dragons” géants, ou pirarucus, enfermés dans un vivier. Ces carpes, au corps rouge foncé, ont plus de 2m de long, un poids voisin de 90 kilos et des écailles dignes d’un animal préhistorique. Elles fuient l’homme mais sont très impressionnantes car, quand elles chassent en surface, elles aspirent tout avec un bruit d’aspirateur géant. Un gros oiseau ou un poulet est ainsi aspiré en une seconde.pirarucu
Il nous fut ensuite proposé de lancer des abats de poulet dans la rivière ; la voracité des piranhas n’est pas une légende. Ma tentative d’en pêcher un fut un échec car les lignes fournies faisaient un mètre de long et les piranhas étaient loin de la berge.. Je suis déçu. Déçu aussi d’apprendre que les piranhas n’attaquant pas l’homme mais mangent uniquement des animaux morts. Je vérifierai cela en rentrant en France.
Une balade finale en pirogue le long des arbres était sensée nous permettre d’apercevoir des crocodiles. Ce fut chou blanc. Elle nous permis cependant de voir des oiseaux, sorte d’énormes faisans posés sur des branches basses et se laissant approcher à une dizaine de mètres avant de s’envoler lourdement.
Le retour en vedette vers l’hôtel se passa presque normalement … Notre vedette ne tomba pas en panne mais s’arrêta pour secourir une consœur en avarie.

Un diner au plus célèbre restaurant de Leticia, Tierras Amazonas, nous permit de comparer les ceviches et les  Piscos sours…

 Vendredi 5 août :
 
Embarquement pour le Brésil. Visites et fouilles incessantes par les douaniers/policiers.
La matinée est impérativement consacrée à la quête du tampon nécessaire pour entrer au Brésil. Nous prenons ainsi un taxi pour nous rendre, au Brésil : à Tabatinga, tout d’abord, au premier poste de la Policia Fédéral (pour avoir le tampon) puis à l’embarcadère de notre bateau.
En dix minutes, nous changeons de monde. Au Brésil, il y a beaucoup plus de monde. Cela grouille. On se croirait un peu en Inde pour le trafic. Une seule règle : “le plus gros véhicule a priorité”. Beaucoup de dancings, de discótecas et de salles de musculation … Aucun doute, nous sommes au Brésil.
Le hall d’embarquement est grand, en ciment, avec des bureaux bien organisés. Les quais sont de “vrais” quais (cimentés, avec des défenses et des passerelles) et sont les premiers aperçus ainsi depuis douze jours.
La seconde surprise va être une présence policière omniprésente.
Nous sommes accueillis dans le hall d’embarquement par une dizaine de malabars, tout de noirs vêtus, armés jusqu’aux dents et accompagnés de malinois, des chiens dressés à chercher des armes ou de la drogue..
Ce sont les gens de l’ESFRON, la sécurité brésilienne, mi douaniers, mi policiers qui vont monter à bord et fouiller le bateau, à chaque escale, (jusqu’à deux fois par jour) puis redescendre. Ils cherchent uniquement de la drogue dont le trafic est très important au Brésil.
esfron
Pour cette raison, à l’embarquement, tous les bagages des passagers doivent être impeccablement alignés et les chiens de l’ESFRON vont les renifler au minimum quatre fois. Ce sera la première de trois inspections ou fouilles manuelles en moins de deux heures….
Dix minutes plus tard, nos , bagages et sacs à dos sont à nouveau ouverts dans la salle suivant le hall d’embarquement.
Notre bateau, le N. Fernandes, est un cargo en fer qui ressemble à un cargo européen des années vingt. J’apprendrai, plus tard, qu’il n’a que 20 ans !
Il est sale mais moins sale que le “très sale cargo péruvien” car il ne transporte pas d’animaux mais que des passagers.
Il est important que vous compreniez bien la différence entre sale et très sale.
Longueur (45m), largeur (12m), le Fernandes est, pour sa taille, très haut sur l’eau (3 étages /ponts de 42 m de long et de 3 m de haut chacun). Sa plage avant est très courte (2m) et sa poupe, son arrière, a une forme ancienne en “cul-de-poule” (en demi cercle). Sa silhouette ronde, son pont jaune font qu’il ressemble à un gros jouet d’enfant. Ce gros bébé joufflu peut quand même transporter 400 passagers.
Comme tous les bateaux sur l’Amazone, il  est très, haut au dessus de l’eau et il serait peu stable en cas de tempête.
Quand nous embarquons, il y a à bord, comme au Pérou, une noria de porteurs, véritables portefaix du Moyennâge, dégoulinant de sueur, qui déchargent la cale et portent, en courant,  des cartons presqu’aussi gros qu’eux. Un rapide coup d’œil permet de voir que ce sont des cartons remplis de papier de toilette, plus impressionnants en volume que réellement lourds.
Dès notre montée à bord, nous sommes accueillis par une troisième équipe de policiers qui fouillent, à nouveau, nos sacs.
En transit jusqu’à Manaus, nous allons faite 1 670 km sur l’eau et passer à bord 4 jours et 3 nuits. Nous avons loué une “suite” (cabine avec une douche et un WC privés). Le passage pour accéder à cet espace si précieux fait très exactement 31 cm de large… Comment font les obèses? La surface de l’ensemble (cabine et WC) est de 4,5m2.
Le WC et la douche sont sales et rouillés (on y est maintenant habitués) mais ils sont privés.
wc
Située au pont supérieur, notre cabine jouxte le bar qui vomit de la musique disco brésilienne 12 heures par jour. Comme la clim de la cabine fait presque autant de bruit que la musique, nous décidons de dormir, la nuit, dans nos hamacs, au pont inférieur, au milieu des autres passagers.
Je les installe sous l’œil inquisiteur et étonné des Brésiliens qui n’ont jamais vu de hamacs avec moustiquaire. Je le fais avec dextérité et rapidité, à la bonne hauteur du sol et, surtout, à la bonne distance des hamacs voisins. Je ne suis plus considéré comme un touriste.
Le bateau appareille à 13h30, presqu’à l’heure, c’est à dire avec 1h30 de retard.
Apres 30 minutes de navigation, le cargo s’arrête au port de Benjamin Constant pour prendre des passagers. Une quatrième équipe de policiers/douaniers/militaires fortement armés embarque. Sortis à terre acheter des mandarines, nous avons failli rater l’appareillage. Le bateau repart.
Une heure plus tard, nouvel arrêt. Une nouvelle équipe de l’ESFRON monte à bord. Ordre nous est donné de rejoindre nos cabines. La cabine est fouillée, nos sacs aussi. Nous montrons nos passeports pendant que la fouille continue. Irrité, je montre ma carte d’identité militaire française et la fouille s’arrête net.
Le bateau repart à nouveau ; nous ratons le dîner car nous ignorions que l’horloge du bord avait été avancée d’une heure pour se mettre à l’heure de Manaus. Anaïs, une jeune française, nous en informe et nous aide à avoir notre ration. Le cuistot apporte une gamelle infecte remplie de poissons… et deux écuelles de soupes avec des nouilles. Il n’y a jamais de dessert et je souffre. Les boissons sont à acheter. Entre les deux plats, nous choisissons les nouilles et les cuisses/restes de poulets. Pressés de quitter la salle à manger très bruyante car située à la verticale de la ligne d’arbres, nous dînons, sans échanger un mot, sur une toile cirée crasseuse.
Je dois avouer avoir, ce soir, avalé mon assiette de nouilles en fermant les yeux.
Un peu plus tard, nous regagnons nos hamacs avec moustiquaire car autant il n’y a pas de moustique quand le bateau avance, autant il y en a au moindre arrêt.
Vers minuit, il fait si froid que nous repartons dans notre cabine, descendons nos bagages pour libérer les banquettes, coupons la clim trop bruyante et essayons de nous endormir. Le réveil est réglé sur 07h pour ne pas rater le petit déjeuner, le café da manhã.
 Samedi 6 août :
 
Problème de voisinage de hamac
Beauté des paysages.
Nous sommes toujours sur le Rio Solimões, entre Tabatinga et Manaus.
La journée commence bien. En sortant de la cabine, j’aperçois des dauphins gris roses qui nagent lentement, à côté du bateau, dans une eau toujours aussi brune. Seconde belle surprise : le petit déjeuner, pris dans la salle à manger du bateau (à la propreté toujours douteuse), est plutôt bon : riz au lait sucré, café et petits pains. Je n’oublie pas le comprimé anti paludisme.
Vers 10h, le N. Fernandes accoste au Terminal de Cargas du petit port de Santo Antonio do Iça, 200 km en aval de Tabatinga. La manœuvre d’accostage est quasi parfaite. Bravo au commandant.
Là encore, une équipe de l’ESFRON monte à bord. Visite de notre cabine, inspection des bagages, papiers d’identité, billets de transport, ma carte d’identité militaire fait le même effet … La routine.
Pour moi qui ai fait fouiller des bateaux par mes matelots quand je commandais aux Antilles, les douaniers brésiliens sont de vrais professionnels. Rien n’est oublié. Devant moi, je les ai vus sonder, avec des bâtons, les réservoirs d’eau douce et fouiller les glacières remplies de glaces Kibon…pour chercher de la drogue.image2-1
En quittant le Pérou et en pénétrant au Brésil, l’Amazone change de nom et s’appelle Rio Solimões… Le fleuve serpente alors, dans un bassin très large (5 à 10 km) et non dans un lit,  entre de nombreuses îles espacées d’1 à 2 km. On voit donc en permanence un morceau de terre (une rive du fleuve ou une île?) à 500 ou 800 mètres du bateau.
Le repas de midi est  copieux et bon (saucisses, manioc et surtout un dessert : des cubes de pâte de coing arrosés de lait condensé sucré… Enfin du sucré, un régal). A 13h, nouvelle halte pour  embarquer et débarquer des passagers. Pas de passage de douaniers /policiers cette fois-ci.
L’après midi se passe à rédiger mes souvenirs de voyage et à regarder le paysage. Tout est reposant.
Je saute le dîner, servi à 18h, pour admirer le coucher de soleil. Le bateau navigue à 10 noeuds sur la surface complètement lisse de l’eau. Les berges sont loin et les derniers rayons du soleil éclairent d’un rouge foncé les nuages avant de se refléter dans l’eau.
La nuit, sur une surface de l’eau lisse comme un miroir, sans repère lumineux extérieur, il est très difficile de savoir si le bateau avance ou est arrêté. Je me fais ainsi avoir plusieurs
fois.
sunset
Devant moi, sur le pont supérieur, des passagers s’agitent. Ils regardent la télévision et applaudissent la première médaille pour le Brésil. Un tireur brésilien vient de gagner la médaille de bronze au tir au pistolet.
Posté à côté du poste de télévision, un matelot est responsable de la bonne réception et de la qualité de l’image. Un volant au plafond lui permet de régler en permanence l’orientation de l’antenne après chaque changement de cap du bateau.image1-3
Ce qui me fait également sourire est que le son de la télé a été coupé pour que les autres passagers, non intéressés par les Jeux olympiques,  puissent continuer à écouter la samba diffusée en permanence par la sono du bar. La samba est prioritaire, même pendant les J.O…..
Petite halte de 20 minutes à Jutaï pour embarquer, à 20 heures, des passagers. J’en profite pour calculer notre vitesse de progression sur le fleuve. Nous devrions bien arriver à Manaus lundi soir, entre 18 et 20 heures.
La fatigue se fait sentir.. Je rejoins mon hamac et ai du mal à m’endormir  car ma voisine, une grosse Brésilienne, dort, comme le font les Brésiliens, presque en travers de son hamac.
Pour mieux dormir, pour le faire sécher (ou pour m’aguicher …?), elle a accroché son soutien gorge noir au plafond. Le seul problème est qu’il pend au dessus de mon visage… Plus tard, son coude me rentre dans les côtes et madame n’arrête pas de bouger.
La nuit ne sera pas aussi réparatrice que je l’aurais souhaitée…
Dimanche 7 août :
 
Un coucher de soleil inoubliable. Une jolie indienne jivaro, tout aussi  inoubliable.
De belles rencontres.
Nous sommes toujours en transit sur le Rio Solimões ( premier nom brésilien de l’Amazone) vers Manaus.
Le nom du fleuve changera après Manaus. Il s’appellera à nouveau l’Amazone.
En me réveillant, le spectacle est magnifique : un labyrinthe d’eau et, partout, de très belles îles, posées sur l’eau (les très hautes rives boueuses péruviennes ont disparu).
Cela ressemble beaucoup à une navigation dans le golfe du Morbihan où les îles bretonnes seraient bordées d’une ceinture ininterrompue d’arbres divers et auraient plein de petites criques propices au mouillage forain.  En plus, depuis 12 heures, il n’y a aucune habitation sur les rives. C’est la forêt, “vierge” de toute présence humaine, dans toute sa beauté.
Le paysage est vraiment très beau. Suivant l’éclairage, l’eau du fleuve est couleur café au lait ou chocolat clair. tabatingNous sommes au pont supérieur, à l’ombre. Il fait 28 degrés, la brise légère créée par le mouvement du bateau nous rafraîchit et le doux ronronnement du moteur est malheureusement couvert par la sono qui vomit de la musique brésilienne à deux balles.
Il n’y a que quatre touristes (dont nous deux) au milieu d’une centaine de Brésiliens qui passent leur temps, au pont inférieur, à dormir ou à somnoler dans leurs hamacs accrochés au dessus de leurs sacs ou de leurs valises. Partout pendent au plafond des serviettes de toilette, du linge à sécher ou des sacs en plastique pour les plus pauvres.
C’est cool et relax.
amazone-2
La France et le terrorisme sont bien loin.
Ici, c’est la torpeur, la samba, la douceur de vivre.
De temps en temps, sans raison apparente, le barreur fait passer le bateau au ras des arbres d’une île. Les arbres sont proches. Les seuls oiseaux aperçus sont des mouettes ; nous sommes à 2 000 km des côtes les plus proches. Tout est vert mais les couleurs de vert sont très diverses.
S’il n’y avait pas la rumba ou la samba provenant de la sono, tout serait calme
et très reposant.
Ce voyage est passionnant au niveau de l’exotisme et du dépaysement mais beaucoup plus dur que je ne l’imaginais : température et humidité,  logistique, poids de mes bagages (j’ai pris 3 fois trop de vêtements car je lave mes affaires tous les soirs et ne remets pratiquement que  les deux mêmes vêtements), difficulté de langage (c’est fatiguant de ne presque rien comprendre ; c’est mon cas avec le portugais), confort presque inexistant ( mais ce n’est pas le plus important), saleté et nourriture peu ragoûtante…
Les Brésiliens sont très sympas et apprécient quand je ne joue pas les touristes “servis à pied baisé”. Le serveur me remercie mille fois quand je rapporte mon assiette sale à la “souillarde”.
Ce voyage nous fait aussi rencontrer des personnages hors du commun dont beaucoup de jeunes Françaises qui passent 6 à 7 mois, seules ou à deux, à parcourir l’Amérique du
Sud. Coralie et Pauline, deux jeunes infirmières pour personnes âgées, Alexandra et Thomas, beau jeune couple (elle, médecin urgentiste parisienne de 35 ans ; lui, ingénieur et grand surfeur), Anaïs, laborantine guyanaise de 25 ans, sportive, amatrice de trekking en autonomie complète et terminant ses 7 mois de voyage en Amérique du Sud, seule, sac au dos)
Toutes ces rencontres m’enrichissent beaucoup.
Le son qui m’entoure vient de changer. La sono a été coupée et la télévision est à nouveau reçue, avec le son.
Sur l’écran, rempli de neige tant la réception est mauvaise, est retransmis en direct le match de volley Brésil/Italie. Le réalisateur, de temps en temps, retransmet quatre sports en simultané sur le petit écran : volley, ping-pong, judo et tir.
Nous longeons un village dont toutes les maisons en bois sont sur pilotis. C’est pauvre (beaucoup moins qu’au Pérou) mais on ne voit aucun détritus, aucune bouteille vide.

Sur les rives, il n’y a pas le moindre espace défriché ( sauf celui des villages qui possèdent tous, même le plus petit, un terrain de foot et des buts rouillés ; nous sommes au Brésil, ne l’oublions pas).

.maison

Sur les rives, il n’y a, depuis dix jours, que des arbres à perte de vue. Certains, les plus majestueux, les ceibas sont les seigneurs de la selva. Leurs branches et leur feuillage ne commencent à pousser que lorsqu’ils ont dépassé les autres arbres, quand ils sont sortis du toit végétal (la canopée), à environ 20 mètres du sol. Leurs troncs rectilignes seront débités pour servir de flotteurs pour les maisons “sur radeaux”.ceiba
Sur l’eau pas de vague. Par moments, de forts tourbillons de surface indiquent la présence de contre courants provoqués par l’arrivée d’une rivière dans le fleuve.
Le bateau ralentit mais ne stoppe pas pour permettre à une petite embarcation de l’accoster.
À bord, un Brésilien et une jeune femme indienne, splendide, au corps gracieux, à la peau cuivrée et aux très beaux longs cheveux noirs (probablement de la tribu des Jivaros). Trois passagers débarquent du cargo et embarquent sur cette pirogue pour rejoindre la rive et le village qui s’y trouve.
Le nom du fleuve (Amazone) provient de cette tribu jivaro. En 1540, un noble espagnol,
Francisco de Orellana, lors de la première exploration du grand fleuve, a été attaqué, dans la région de Manaus, par des guerriers Jivaros aux longs cheveux. Il raconta avoir subi l’attaque de femmes, semblables aux Amazones de l’Antiquité, et baptisa le fleuve : “rivière des Amazones”.
A midi, la tradition est respectée  : petit arrêt en plein fleuve pour permettre aux douaniers de la petite ville d’Alvarães de monter à bord et d’inspecter le pont inférieur. Ils repartent au bout de cinq minutes et notre cargo, le vieux N.Fernandes remet en route.
Ouf.. Le Brésil a battu l’Italie au volley ball. La télé brésilienne enchaîne sur la natation car elle ne montre que les sports où le Brésil gagne une médaille.
L’avantage d’être passé du Pérou au Brésil, c’est que la nourriture a beaucoup changé. On est passé de riz/poulet/banane à haricots rouges/poulet/riz. Ne riez pas! On dirait pas comme ça, mais ça change tout …..
Le soir, avant de regagner nos hamacs, nous jouons aux cartes avec de jeunes Portugais.

Leave a comment

Filed under Uncategorized

On the Amazon aboard the “Rapido”…

Between July 27th and August 30th, my companion and I followed the mighty river at its own slow rhythm on local cargo and passenger ships.  By the end of our adventure, we had covered more than 5,000 kilometers on water alone

2 August

We opted for the “rapido” to catch up time on lost on the Yurimaguas-Iquitos segment.  We left at 6:45, 45 minutes late but we’re getting accustomed to that by now.  Up at 5, out at 5:30.  On the boat by six.  I never quite woke up and immediately went back to sleep until 8:45.
We should be in Santa Rosa – the triple border between Peru, Brazil and Colombia around 4:30, but since it’s the third time that we are beached since we left, that doesn’t look too promising.  It looks serious this time, we are right by the muddy shore and something is apparently wrong with  the engine.  Much banging and clanging in the back.  I hear “claveta” as they seem to be working on the problem. The plan was to exit Peru, pass into Colombia and sleep into Leticia tonight: the best laid plans…  We might end up camping on this sludgy embankment that seems sculpted in dense, deep mud.

The boat looked reliable though: clean, comfortable and they even served us breakfast.  Same caterer as on the Eduardo X, same cold hamburger roll with something eggy inside looking like a little washcloth; same mucilaginous, cinnamony potion.rapido

We’re off again… I think… the engine seems more… compliant… not sure though.  I hear a strange noise.  Y. is complaining, he hallucinates about champagne and caviar…  I don’t care, I’ve hardly ever felt so zen.

………….
I didn’t know what to expect in Iquitos.  For a large city (200 000 souls) at the confluent of the Río Marañon and the Amazon, it was surprisingly sleepy on Sunday when we arrived.  We can guess, through remnants of an other era, that it might once have had some prosperity and elegance: a few well traced avenues lined with trees, a Belle Époque hotel in relatively good shape overlooking the corniche and now converted in municipal offices, a corniche promenade with an almost intact balustrade and a house apparently designed by Eiffel and sent as a kit to be reassembled on the Amazon.  I wouldn’t vouch for its esthetic, the iron panels are pretty beaten up, they might not have withheld the long trip all that well.  Apparently, at the turn of the Century, some “nouveaux riches” all over the world thought it the summum of class and elegance to have a house designed by Eiffel… I can think of one in Arequipa, Peru, another in Hanoi.

hotel-palace

Ex Hotel Palace

casa-de-fieero

Eiffel designed house

Not much to do in Iquitos.  We don’t have time for the jungle treks advertised; besides they look like the kind of tourist trap I try to avoid.  I guess we’ll see plenty of jungle ahead.

moi

In Iquitos

The nightlife however is intense, as if the entire city woke up at dusk.  We have dinner on a second floor balcony with Coralie and Pauline, the two French girls we have adopted as our daughters.  Pisco Sours and surprisingly good pizzas, as we overlook the action below.
………………

Stopped again.  I heard “claveta” again…  This second repair will be a long one and possibly not a lasting one.

panne2

Is it the first or the second repair?

We went ashore, traipsing into a nearby pirogue and through hardened mud with a young French couple.  The little village of Oran, where we are stranded, has TWO general stores with warm sodas, clothes, out-of-date medicine and cookies.  I buy a pair of rubber tongs for the shower, that is if we ever get to the next boat, as it looks like we’re not going anywhere.  We’re back to the shore.  The last repair was a failure.

oran

General Store – Oran

……
We get going again with a four-hour delay. Off the boat, we are told to get on board again, the mud this time is soft and slippery, my feet and sandals are now carrying a good amount of Amazonian mud.  It’s now 12:55 and we are going at a good clip.  Let’s hope it lasts.

The storm
Clouds are threateningly accumulating on the horizon.  Within what seems like a few second, we are in the eye of the storm and can’t see ahead of us rain beats the ship and waves of oceanic power rock and roll and splash into the cabin.  The sensation is strangely similar to that of airplane turbulence.
We are expected to arrive to Santa Rosa around 9:30 tonight.  Will the border post to exit Peru be open?  Nobody seems to know for sure.  From there, we’re supposed to take a short boat ride into Colombia and pass the border in the morning.
To be followed…

1 Comment

Filed under On the Amazon - Between Peru and Brazil

Quatre jours jusqu’à Iquitos

Du 27 juillet au 30 août, ma compagne et moi avons descendu le grand fleuve, au rhytme lent des cargos mixtes (cargo et passagers). En cinq semaines, nous avons voyagé plus de 5 000 kilomètres sur l’Amazone et ses affluents.

Samedi 30 juillet

Pendant toute la nuit et toutes les deux heures, le bateau va s’arrêter et “beacher”,  à la hauteur d’un lampadaire, sur une rive archi boueuse et très pentue. Au pied de ce lampadaire, des paysans, surgis de nulle part, descendent la pente boueuse et montent à bord avec leurs ballots de vêtements ou leurs sacs de fruits.

at-night

A la lueur du puissant projecteur de notre bateau, nous avons ainsi embarqué, pendant la nuit et en les faisant rouler sur deux petites planches, une grosse bétonnière, trois motos, un tuk-tuk (moto taxi), un coq (qui chantera plus tard..) et un cochon qui a braillé en embarquant et qui est maintenant attaché, par la patte arrière, au tuk-tuk.
Petit à petit, le nombre de hamacs s’accroît pour atteindre, ce matin, le chiffre d’environ 350 dans un espace de 300 m2. Ceux qui ne trouvent plus de place pour accrocher leurs hamacs dorment à même le sol, sous d’autres hamacs…. Certains osent même monter au pont supérieur (celui des touristes) pour y dormir.
Le fleuve a doublé de largeur depuis 24 heures (nous sommes maintenant sur le Marañon); il fait un kilomètre de large, il y a de l’eau et les risques d’échouage sont maintenant oubliés.
Les Péruviens n’arrêtent pas de porter des charges. Ils ressemblent à des montagnards : ils sont trapus, courts sur pattes et avec un torse très développé. Leurs femmes sont moches, vraiment très moches…
Je me renseigne sur la position du bateau. Nous sommes partis il y a 48 heures et n’avons pas encore fait la moitié du trajet mais j’apprends aussi que, maintenant, nous ne devrions plus nous arrêter pour ravitailler les hameaux et que, de ce fait, nous devrions arriver demain matin, dimanche 31 juillet,  à Iquitos, avec un retard de 36 heures sur notre planning. Nous aurons donc passé à bord 3 jours et demi et 4 nuits à vivre dans une cellule de prison et à manger de la “nourriture de prison”. Cela me semble être le maximum de ce que je peux maintenant supporter, en termes de vraie saleté et d’inconfort. Et, pourtant, je suis un ancien sous-marinier…
Espérons seulement que le bateau que nous allons prendre à Iquitos soit plus propre et plus confortable.
A 18h, nous accostons à Nauta, hameau sur la rive nord du Marañon, situé à environ 70 km en amont d’Iquitos.
Et là… Surprise. Presque tous les passagers débarquent et prennent des bus “collectivos” pour rejoindre Iquitos samedi soir. Pendant deux heures, une noria de 50 coolies déchargent les caisses de fruits et de légumes, trois par trois. Puis s’attaquent au déchargement des 1000 caisses de 200 œufs soit 200  000 œufs…
De 350 hamacs, il n’en reste plus que 20 au pont principal ; des 25 hamacs, n’en restent que 2 au pont supérieur.
En revanche, les moustiques, qui n’existent pas quand le bateau avance, sont ici légion. Nous sortons vite les répulsifs et nous nous en aspergeons.

Dimanche 31 juillet :

Arrivée vers 07h dans le port d’Iquitos. C’est vraiment un très grand port ;  il n’y a toujours pas le moindre quai mais 3 km de rives toujours aussi boueuses, aussi sales de  détritus et aussi pentues que celles d’hier ( environ 45 degrés).Ce matin, c’est nous qui nous sommes engoncés dans la fange pour sortir du bateau.0706_puerto-iquitos
Une centaine de bateaux, dont le plus jeune doit avoir 60 ans, sont beachés sur la rive. Nombre d’entre eux sont des épaves qui ne flotteront plus jamais. Le voyageur qui est intéressé par les antiquités marines (hublots, vieilles barres à roue..) doit trouver ici son bonheur tant il y a d’épaves.image1-1

Iquitos, qui a environ 300 000 habitants, n’a aucun accès par la route. C’est une ville moche, sale, sans grand intérêt mais elle est mythique pour les routards et les “illuminés du bocal ” qui recherchent de nouveaux trips à travers les herbes hallucinogènes dont la plus connue, l'”ayahuasca” est fournie lors de circuits touristiques avec des guides chamaniques. C’est le top, paraît il, des voyages touristiques locaux, mieux que la visite du petit zoo ou du village reconstitué avec de faux Indiens. Les agences de voyage locales regorgent de photos d’européennes, de la belle quarantaine, en extase (ou en train de vomir, l’un précédant l’autre…) lors de “cérémonies d’initiation”.ayahuasca
Ma voisine d’hôtel, une belle Hollandaise était, ce matin, à sa septième initiation…!
Dans l’après midi, nous passons près du bidon ville flottant de Belén. Toutes les maisons (plutôt toutes les cabanes  pourries en tôle rouillée) sont sur des radeaux en bois qui, en cette saison de basses eaux, reposent sur la vase molle. Des chemins de planches permettent de circuler. Partout encore, des sacs de déchets, des bouteilles en plastique jonchent le sol. Manifestement, le métier de boueux n’est pas enseigné au Pérou. Tout le monde jette tout par terre…belen
Un petit marché artisanal propose des produits pour les rares touristes : beaucoup de boissons à base d’herbes pour guérir le foie, résoudre l’impuissance, attirer sa voisine, etc …  de nombreux policiers surarmés patrouillent. Ce dont surtout des policières, plutôt jolies, moulées dans des pantalons d’équitation, bottées de grandes bottes noires et très fardées.police
Le soir, nous retrouvons nos deux jeunes françaises (24 ans)  rencontrées sur l’Eduardo. L’une d’elles est à son quatrième mois de voyage en Amérique du Sud, sac au dos. Sur le bateau, pour ne pas être importunées par les jeunes Péruviens, elles m’ont présenté comme leur père. Depuis, elles m’appellent “papa”.
Nous dînons avec elles dans une pizzeria réputée pour ses Pisco Sour.
Toute la ville est dans la rue et se promène autour de la Plaza de Armas. C’est une sorte de kermesse avec beaucoup de marchands de glaces, de barbes à papa et d’éclairages kitsch.iquitosarmas1 A 21h, nous nous séparons et rejoignons nos hôtels respectifs où un vrai matelas, une vraie douche et une vraie chambre nous attendent.
A 21h, extinction des feux. Nous tombons de sommeil et nous endormons très vite  malgré la sono de la fiesta extérieure.

Lundi 1er août.

La nuit à été réparatrice : un matelas “normal”, une douche “normale”, une propreté “normale” et de l’air conditionné…
Ce matin, promenade sans but dans les rues d’Iquitos (300 000 habitants), capitale de la province de Loreto et isolée des routes péruviennes ( on ne peut s’y rendre qu’en bateau ou en avion). La circulation est intense (des centaines de tuk-tuks), beaucoup de policières, peu de jeunes (ils doivent être à l’école..), beaucoup de petites gens travaillant directement sur le trottoir ( réparateurs de chaussures, marchands de glace pilée, vendeurs de cirages). Nos pas nous conduisent hors du centre ville et là, la saleté revient au galop, une vraie saleté liée à la pauvreté, au manque d’hygiène, aux habitudes de tout jeter dehors et à l’absence de culture écologique. Les jeunes filles pomponnées marchent, sur des trottoirs  en permanence défoncés, à côté de gigantesques mares de boue.
Certaines rues n’ont pas de bitume au sol mais un mélange spongieux de terre battue et de déchets ( oranges pourries, peaux de banane, sacs pleins d’immondices..). C’est franchement sale.
En revenant à la Plaza de Armas ( il y en a une dans chaque ville ou village du Pérou), nous passons devant la ” maison de fer”, une maison de deux étages (dont les plans ont été faits par Eiffel ), importée par un riche Péruvien au début du 20ème siècle. Toute sa structure est métallique et le mécano ressemble à celui de la Tour : des poutres de fer et des gros écrous.casa-de-fieero
Un petit tour dans l’après midi nous fait tomber sur une boutique de curiosités et souvenirs locaux. Les plus côtés sont les têtes réduites qui se vendent comme des petits pains.  Il y en a une vingtaine de différentes et même si ce sont des des fausses, la ressemblance est frappante. Je n’hésite pas une seconde et fuis…shrunken-head
Le soir, il fait moins chaud et la ville grouille. La place centrale est le lieu de rendez de tous les habitants qui discutent, achètent une glace, vendent des bonbons…
Demain matin, nous nous levons à 05h pour rallier la Colombie ( Leticia). Il y a 10 heures de “lancha” (vedette rapide) pour faire 350 km, rejoindre Santa Rosa ( Pérou), faire les formalités de douane et passer ensuite en Colombie vers 18h.

J’ai oublié de mentionner que les Piscos Sours sont délicieux, gigantesques et coûtent 80 centimes d’euros.pico-sours

2 Comments

Filed under On the Amazon - Between Peru and Brazil

De Lima à Iquitos

Du 27 juillet au 30 août, ma compagne et moi avons descendu le grand fleuve, au rythme lent des cargos mixtes (cargo et passagers).  En cinq semaines, nous avons voyagé plus de 5 000 kilomètres sur l’Amazone et ses affluents.

Ce compte rendu est bilingue: le mien en français, le sien en anglais.

Dimanche 24 juillet

02h  : arrivée Hotel El Zaguan

10h il fait froid et sombre; un brouillard ( la “garua”) baigne la ville

lima

11h : visite musée Larco (art précolombien) et ses vases érotiques : les “huacos”

museo_larco-108

14 : Déjeuner au musée

Lundi 25; toujours la “garua”

11h : Visite de la Plaza Major avec Présidence de la république et à midi relève de la garde ..du grand cirque.

plaza-mayor

Visite de la Cathédrale. Tête de Pizzaro

16 H Départ en bus de la compagnie Tepsa – fouille et détection anti armes

1000 km sur la fameuse route PE – N5 qui traverse le Pérou du Sud au Nord.

Fauteuil couchette inclinable.  Impossible de dormir.

Mardi 26 : sur la PE-N5

Arrêt à 12:30 dans un petit bled sale -Repas pour 50 cts d’euros ( riz et abats de poulet…).

Arrivée à Tarapoto vers 16h après 24 h dans le car. Bien crevé car je n’ai pas réussi à dormir dans les fauteuils soi-disant très confortables.

Tarapoto:  aucun intérêt.

Nuit à l’hôtel Sujox.

Mercredi 27 juillet :

Départ à 08h dans un taxi collectif vers Yurimaguas atteint à 10h30.

Au port : le choc… C’est très sale, ça pue, ça craint … Et il fait très chaud. Des dizaines de dockers déchargent à la main, dans la boue, des semi remorques pleins de fruits, de caisses de légumes, de sacs de ciment …

yurimaguas

Le fleuve est le Rio Huallaga, affluent du Marañon, lui même affluent de l’Amazone. Il est large comme le Rhône à Avignon et il n’y a pas de quai proprement dit mais des berges en terre qui, inclinées à 45 degrés, surplombent l’eau de 5m.

Un plan incliné tout boueux sert d’embarcadaire. L’eau est sale, d’un marron brun foncé et il y a partout des détritus et des saletés.

Nous embarquons sur une sorte de barge/petit cargo mixte ( passagers et divers) : l’ “Eduardo X”  qui n’a pas d’âge et est tout rouillé.Ses dimensions sont : 70m de long – 15m de large et 2,4m de tirant d’eau ; il a un étage.

Nous louons pour 250 soles ( environ 80 dollars US) un emplacement pour 2 hamacs et une cabine surchauffée (qui nous servira principalement de casier à valises). Les 3 repas journaliers sont inclus.

La cabine ressemble à une petite cellule de prison de 2×1,2m. Il n’y a pas de fenêtre mais une lourde porte en métal ; à l’intérieur des draps propres sur deux matelas superposés d’une propreté plus que douteuse ; les cloisons en fer sont très sales, couvertes de moisissures et de graffitis et n’ont dû pas avoir de couche de peinture depuis 15 ans…camarote

Le bateau doit appareiller vers 1730…

A 13h, nous partons déjeuner en ville ( 1 jus de fruit et une assiette de fruits recouverts de lait en tube). A ce rythme là, je ne devrais pas grossir.

J’ai encore faim et soif…

En ville, sur la Plaza des Armas, il y a le défilé annuel des gardiens du patriotisme, de l’Assemblée des femmes, des pompiers,  des secouristes, des infirmières, des boueux, des étudiants.  Tous ces civils défilent (au pas de l’oie, svp)  devant une tribune où siègent trois officiers péruviens en uniforme, tous les trois ventripotents.desfileescolar.jpg

Retour à bord. On apprend que le départ aura lieu demain à 06h ( prétexte qui, plus tard, s’ avèrera vrai : le niveau de l’eau est trop bas dans le fleuve…).

Pendant toute la nuit, des Péruviens, petits, sales et maigres, vont continuer à décharger de nouveaux camions.

Je m’installe dans mon hamac et, à cause de la sensation de froid et d’humidité, rapidement rejoins la couchette de notre cabine.

Jeudi 28 juillet

A 06h, nous n’avons toujours pas appareillé. Le déchargement n’est pas fini. La plage avant du petit cargo est maintenant remplie jusqu’à 3m de hauteur et de nouveaux passagers ont embarqué pendant la nuit. Il y a maintenant 200 hamacs accrochés au plafond.

Je dois slalomer pour prendre une douche. Il y en a quatre pour les hommes.

La douche est dans un WC avec un tuyau (sans pomme de douche) au plafond. Il n’y a rien pour accrocher ses vêtements, sauf le bord du WC…

La grande surprise est qu’il n’y a pas de moustiques.

07h : Appareillage.

Le bateau voisin s’est rempli de 2 000 poules (les poules mortes sont accrochées au bastingage…). Comme sur tous les bons bateaux, notre équipage nettoie le pont après l’appareillage. Le pont avant est rempli jusqu à ras bord. Tout est recouvert de grandes bâches car, souvent et plusieurs fois par jour, il pleut à verse.

Les 5 premières minutes après l’appareillage, le commandant fait sonder le fond du fleuve avec de longues perches. Le bateau a 2,40m de tirant d’eau et il y a un petit 2,80 m de fond.

Le Río Huallaga est un affluent d’un affluent de l’Amazone. L’eau est marron sale. Les berges sont vaseuses. Le fleuve fait 150 m de large mais il y a 3 m d’eau que sur une largeur de 30 m.

A 07h30, une Péruvienne apporte le petit déjeuner aux passagers de première classe (ceux qui ont pris une cabine au pont supérieur). Surprise… C’est plutôt bon ! Un bol de “mazamorra” sorte de lait épaissi avec de la fécule de maïs, genre bouillie pour enfants ( style Bledina) avec un goût de cannelle et de gingembre et deux brioches fendues en deux et beurrées. Il n’y a plus qu à tartiner avec le miel apporté de France.

A midi et à 18h, nous avons droit à une assiette remplie de riz, de morceaux de viande, de morceaux de patates et d’une banane plantain. Pas de boisson ; pas de dessert.

A 18h30, escale technique de 30 minutes (par une nuit noire) à Lagunas pour débarquer des passagers. Il n’y a qu’une rive boueuse et quelques cabanes en bois. Une dizaine de femmes montent à bord pour vendre des provisions. J’ai acheté 3 oranges pour 20 centimes d’euros. Le bateau repart pour s’arrêter vers 20h… Il fait toujours nuit noire, sans lune et les bords du fleuve sont totalement invisibles. Le capitaine préfère s’échouer volontairement pour passer la nuit.

Quand arriverons nous à Iquitos..?

Vendredi 29 juillet :

Deuxième échouage, celui là involontaire.

Nous repartons à 07h après avoir sondé le fond du fleuve pendant une heure.

Vers 07h15, le bateau slalome entre d’énormes troncs d’arbres accrochés au fond et dont les branches sortent de l’eau de 3 à 4 mètres.

Nous sommes toujours précédés par la pirogue à moteur qui porte les matelots sondeurs.

Un quart d’heure plus tard, vers 07h30, nous nous échouons par l’arrière……

Pendant plus d’une heure le capitaine, en battant en arrière à toute puissance,  va creuser la rive avec son hélice….le bateau creuse la rive sur une longueur de 10m et sur une hauteur de 3.

Vers 08h45, le bateau se dégage enfin de la berge mais c’est pour s échouer au milieu du Río. Nous avions l’arrière échoué et l’avant au milieu du fleuve ; maintenant, c’est l’inverse : l’avant (très lourd avec toutes les caisses embarquées) est sur la berge et l’arrière est immobile au milieu du Rio Huallaga….

Pendant ce temps, j’ai fait le point sur la carte. Nous avons fait un gros quart du trajet en 24h.

A force de manœuvrer avec les moteurs, le bateau est maintenant perpendiculaire au fleuve et sa plage avant est bien montée sur la berge et vraiment bien échouée.

Ordre est donné de transférer, à la main,  3 tonnes de fruits et de légumes de l’avant sur l’arrière de l’Eduardo.

Simultanément, une équipe de 8 matelots va sur la berge (située sous l’avant du bateau) et la détruit à coup de machettes, en la piétinant et en la rendant molle avec une noria de seaux d’eau. Impressionnant d’inefficacité…

Cela va prendre 4 heures ; pendant ce temps, les moteurs sont lancés à plein régime en marche arrière…

À bord, il n’y a ni aussière, mais un seul cable en acier, ni guindeau, ni treuil… Même pas de pelles… il fait toujours aussi chaud ( environ 33 degrés) et il est impossible de marcher pieds nus sur le sol en métal.

A midi… nous sommes sauvés. La berge a été détruite et nous repartons vers Iquitos que nous devrions atteindre, si tout va bien, dimanche matin au lieu de vendredi soir….. Nous aurons donc passé quatre nuits à bord au lieu des deux prévues.

Vers 15h, c’est sous une pluie épaisse et rafraîchissante que l’Edouardo X atteint le fleuve Marañon, plus profond et où l’on ne devrait normalement pas s’échouer……

Petite escale d’une demi heure sur la berge et devant une dizaine de huttes en branchages sur pilotis. J’apprends que le hameau s’appelle Pucacuro et a été hydrographié par la marine militaire péruvienne. Ce hameau est vraiment sale, partout boueux et très pauvre.pucacuro

Entre Yurimaguas et Iquitos, nous traversons la réserve naturelle protégée de Pacaya-Samiria.

Au fur et à mesure de la descente, le fleuve s’élargit et fait maintenant environ 400m de large. Partout, de la forêt avec des arbres d’une dizaine de mètres de hauteur et des berges de terre de 4m de haut ( nous sommes en saison sèche de basses eaux).

Nous dînons vers 1745 car il fait nuit à 1830.

À chaque fois, le même plat ( riz, viande, patate et une banane plantain immangeable) ; pas d’entrée, pas de boisson, pas de dessert ( on pourrait nous servir des oranges…). Je rêve d’une bonne glace, un gros Magnum par exemple.

La météo, depuis deux jours, alterne, 4 ou 5 fois par jour, les séquences pluvieuses (et un temps gris) et le gros soleil.

La nuit, il fait froid dans le hamac ( même avec une couverture) ; nous préférons la couchette (pas très propre) de la cabine (franchement sale, elle…).

Nous venons de croiser, à 18h45, heure à laquelle on ne voit plus rien tant l’obscurité est déjà forte, une petite pirogue de 3 m de long. A son bord, un homme et une femme remontaient en silence, à la pagaie et non au moteur, la rivière plongée dans le noir le plus profond. Cette scène était vraiment irréaliste. Ils étaient au milieu de nulle part. Pas de village proche. Où allaient ils ?

Depuis trois jours, le long du Rio Huallaga, j’ai l’impression de vivre au début du 19ième siècle. Pas d’électricité, que des  cabanes sur pilotis et aux toits en paille, pas de route, que des chemins boueux, pas de confort, tout est fait à la main par une nuée de quasi esclaves… Des détritus partout. En revanche, la nature est intacte.

Pendant la nuit, le bateau va naviguer, sans radar, dans l’obscurité la plus totale. Même dans le noir, le pilote reconnaît les berges m’a t-il dit…

Dans la nuit, quatre fois, le bateau va se “beacher” sur un tas de boue qui sert de quai à un hameau.

La population attend le bateau comme le Sauveur.

À chaque fois, des sacs de 25kg de farine ou de ciment sont débarqués et une trentaine de personnes embarquent en silence (

les autres dorment) avec leurs baluchons. On dirait des réfugiés de guerre…ils vont installer leurs hamacs au milieu des 200 déjà accrochés au pont principal ce qui fait qu’il y a des hamacs partout dans tous les sens. Les 10 étrangers/touristes  accrochent, eux, leurs hamacs au premier pont plus petit, plus aéré et donc plus cher. hammocks

Au pont principal, vers 22h, il doit bien y avoir un hamac tous les trente centimètres. Tous les hamacs se touchent et pour se rendre aux toilettes, il faut slalomer entre eux mais c’est plutôt sympa et bon enfant.

1 Comment

Filed under Uncategorized